24-Premier Ciel

21/04/2007

Salut frères et soeurs de la nuit!

Premier Ciel?

Moi?

Non, mais c'est bien le premier en solo avec Octave: un 200/1000 transporté par métro, train, monts et vaux pour échapper du ciel de Bruxelles.
Puis, je raconterai cela plus tard, "Premier Ciel" est aussi une fameuse pièce d'un group ProgRock Canadien que j'apprécie de plus en plus: Harmonium.
Ce morceau, avec un solo sax de derrière les fagots, m'a réchauffé les pieds vers les 3 du mat.

A plus pour le croa, je pensais le faire là maintenant mais non, crevé, vais rêver et savourer les images que j'ai encore en mémoire.

Adesso vado in letto, sono lessivé!

SUITE


Voilà le CROA, en vitesse avant la prochaine nuitée!

Vendredi, la nuit s'annonçait belle, parfaite pour un premier ciel en toute autonomie avec Octave, nouvelle construction (à voir bientôt dans la rubrique brico) après les premiers essais insatisfaisants de dobs trainsportables.
Exit le syncopson et Snivel donc, me voilà sur le quai avec Octave.



En cours de route j'avais le nez collé à la vitre direction Lune et Vénus.
Un miracle s'est produit pendant l'arrêt en gare de Hoeillaert: le lampadaire en dessous de Vénus a rendu l'âme devant mes yeux!
Incrédule je vois les dernièrs spasmes de l'ampoule se dissiper pshhhhhhhhhh fini.
Aha! Pas que je sois superstitieux (cela pourrait porter malheur) cela me semblait un bon présage.
En effet, la nuit était assez bonne et Octave ne m'a pas déçu.

Arrivé à Profondsart, direction l'endroit que Cal m'avait indiqué par téléphone (on en rediscutera ce soir, Cal n'ayant pas la même idée concernant le Chiendent que moi).
Environ 1 km de la gare, je cherche un emplacement où installer le matos.
Pas ici: c'est cultivé, pas là, ce n'est pas assez plat, pas ici non plus, ce lampadaire (espérons un nouveau miracle...non hélas) est trop envahissant...au bout d'une demi-heure je trouve un endroit "convenable".

Montage, collimation, appréciation du ciel: peu de troubledense, bonne transparence, PL nez en l'air pas trop grave mais néanmoins bien présente sur l'horizon, en particulier zone Nord imbuvable.
Mais si à Bruxelles la vue de Mégrez me remplit déjà d'allégresse, ici la Petite Ourse se voit entièrement à poêle.

Je ne boude pas mon plaisir: Est pas mal, Sud très bien, Ouest bof mais c'est par là que je commence avec Vénus et la Lune après une petite pipe de satisfaction en admirant également le côté "construction d'une autre époque" du dob.



Le croissant Lunaire, la phase gibbeuse de Vénus...belle perspective cosmique!
Cette différence de phase, malgré l'angle apparent similaire par rapport au Soleil, les place clairement à des distances fort éloignées l'une de l'autre.
Cette perspective s'élargit encore quand je regarde l'ombre du globe Saturnien sur ses anneaux.
Magnifique Saturne, image très fine! Mais comme je ne me tape pas la campagne pour faire du planétaire, je la laisse se faire manger par le Lion pour aller voir se qui se trouve entre ses pattes et derrière son derrière.
Ouaip, avec désinvolture je quitte notre système solaire, notre galaxie même, pour une bal(l)ade là-bas, bien loin.

Malheureusement, la vue du couple M65/66 et non d'un trio confirme mes craintes PL: je suis sous un ciel semi-urbain.
Trop proche de la Terre civilisée pour entreprendre un beau voyage extra-galactique. Faudrait que je "trace" plus loin en train.
Belle récolte quand même, mais je continuerai l'étude de la zone (Markarian etc...) sous le ciel du Lubeuhron.

Comme le temps passe vite! Emportant avec lui les vestiges d'une température clémente: trois heures du mat j'ai des frissons, les kleenex sont tout trempés...
4 degrés peut-être?
Une bonne barre de chocolat, sautiller sur place.
Je sors le lecteur MP3 et enfile le casque par dessus la casquette.
Les oreilles disent merci, puis se font encore gâter par la musique et tombent sur " Le Premier Ciel". Du coup mes sautillements se sont transformés en dance effrénée comme à ma jeune époque, quand j'étais encore euh...effréné.

Les pieds et le coeur réchauffés, me voilà paré pour continuer cette belle nuitée.

A suivre...Fritzmayo vient me chercher pour une visite chez Cal.

Plus le temps de continuer, ni de me relire.

A demain...

SUITE

Yop!

De retour d'une soirée chez Cal & Caliswife avec Fritzmayo, écourtée because ze six Russians, je vous narre la suite:

Batteries du lecteur MP3 en rade, pas grave: j'ai eu une bonne dose de chaleur, mes batteries sont rechargées.
Etre dans un champ à cette heure ni tardive ni matinale pourrait parraître incongru pour la plupart des gens, mais les astres n'en ont cure, moi non plus.
C'était l'heure où les belles d'été commençaient à intimider le Roi Lion avec des "va te coucher, Saturne s'en est allée, t'aura rien à manger! ".

Petite photo d'Octave en vitesse?
Voici:



Jupiter restera fort basse, sujette à beaucoup de chromatisme atmosphérique, je ne m'attarde pas très longtemps...il y a autre chose à faire:

La Voie lactée émerge de l'horizon Est, comme suspendue par Véga.
Un air de vacances me trotte en tête...
Bal(l)ades avec -si je puis me le permettre Jeff- encore plus de désinvolture qu'une coccinelle devant une tige pleine de pucerons.

De l'admirable M39 vers ma double préférée, Albiréo, je laisse voguer mon regard à travers le 28mm.
Le hasard m'a porté vers Omicron 1 et 2, "double" assez espacée discernable à l'oeil nu, à l'extrémité d'une rémige de l'aile Nord du Cygne.
Un rapide coup d'oeil au quicherchetrouveur me montre que o1 est double.
J'y vais avec le 14mm. Quelle surprise!!!! Vous zici? Diantre, fichtre! Albiréo????
Nan, pas avec moi! (je contrôle tout-de-même par acquis de conscience: Albiréo est bien à sa place)
En fait Omicron1 du Cygne est un magnifique trio, une étoile blanche, puis l'autre composante: une double albiréesque.
Malgré un écart angulaire plus important, cette composante ressemble à s'y méprendre à Albiréo: les mêmes teintes bleu turquoise-orange.
Ah ça alors, je surprends la grande soeur d'Albiréo en train de flirter avec une étoile blanche!

Tout content de cette "trouvaille", une pipe de satisfaction s'imposait mais la buée est venue dire coucou à la fumée...cinq et demi passés, fallait de toute façon songer à plier bagages.

Petite photo d'Octave en vitesse?
Voilà:




L'aube inspirait les merles quand j'arrivais à la gare.
Le train de 6H24 me ramenait vers la capitale.
Avec désinvolture, je sortais ma bouteille d'eau de survie du sac-à-dos, mon gobelet de survie, ma gourde de Pastis de survie...puis, l'été déjà en rétine, c'était l'heure de l'apéro.

Patte.


05/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres