Le Nightbox, un 305 de voyage

 

C'est tout content tout heureux que je vous présente le nouveau-né: ze "Nightbox 305", Oscar pour les copains (pines).

Concept

Il s'agit d'un dobson 305mm, devant pouvoir être "trainsporté" facilement.

Fort admiratif devant les jolis dobs "minimalistes", la première envie allait dans ce sens. Toutefois, la dimension des haches me faisait hésiter.

Un tout récent, la boîte à chapeau de Pierre Desvaux est pas mal du tout avec des haches de diamètre raisonnable, mais, mais...faut dans ce cas alléger au maximum ce qu'on place autour du secondaire.

Le problème n'est pas de faire une cage légère mais l'utilisation d'oculaire en 50.8, d'une tête bino, d'un chercheur optique...
Impossible dans le concept minimaliste sous peine d'avoir des haches de 60cm!
Une solution trouvée sur le web: le tridob de Mel Bartels.
Très "élégant" cette manière de réduire de moitié la taille des haches je trouve.

Cependant, cela ne cadrait pas avec une autre prémisse que je m'était fixée: le télescope télescopique.

Pour utiliser une tête bino, il faut récupérer le chemin optique (10-11cm) en réduisant la distance secondaire-primaire. Ou alors reculer le foyer avec une barlow mais dans ce cas le grossissement est multiplié et le champ réduit.
Pour du planétaire c'est une bonne chose, mais il est agréable aussi d'avoir du grand champ pour beaucoup d'objets du ciel profond.

Donc une cage secondaire deux positions et choix d'utiliser la tête bino avec ou sans sa barlow.
Cela prend de la place: il me faut un débattement de 10cm, prévoir 2cm de chaque côté en plus pour les fixations: la cage secondaire fera donc 14cm... dur dur de transposer en tridob sans obtenir au final un rangement volumineux car faut bien une caisse protégeant l'ensemble.

Après ces réflections, c'est vers la "simplicité" strockienne que je me suis orienté: tout s'emboîte avec au final une caisse bien solide et compacte.
Quelques originalités ont vu le jour durant la conception/construction.
Vous allez les découvrir ci-bas.

Vues d'ensemble et caractéristiques

  • 305mm F/d 5

  • dimensions 40x42x20

  • poids 15kg le coffret, 2,5 kg la botte des tiges avec fixations rapides
    (à vérifier, je n'ai pas de pèse-quelqu'un...)

  • cage secondaire 2 positions

  • secondaire amovible et collimatable 2 points

  • porte-oculaire coulant 50,8 et 31,75 avec démultiplication

  • chercheur 9x50, Quikfinder et pointeur laser

  • primaire collimatable 2 points par le bas, mise en température par soufflage au dos et brassage en superficie.

Voici l'engin rangé pour le transport:

 


La valisette alu avec oculaires 2 Binolite 20mm, 2 Burgess Stellar Series 10mm, un Superview 30mm, la tête bino Burgess BV24 et sa barlow 1.9x, œilleton et laser de collimation, adapteurs 31.75 et 50.8, 4 vis papillon pour fixation des haches, outils pour réparations éventuelles (ajustage des fixations rapides), matériel de nettoyage lentilles.
Dur à trouver comment caser tout cela dans une valisette 32x25x8 mais au moins maintenant tout est rassemblé et se range bien protégé dans un sac-à-dos.

La botte « serrurier » avec les attaches rapides.

La boîte-de-nuit, avec haches, rocker, cage primaire, caisse secondaire, optiques. Il y a même de la place pour le chercheur 9x50, le QF et le pointeur laser mais je préfère les transporter dans le sac à dos avec l'atlas, la valisette et les victuailles, question répartition du poids.

 


Le montage

Les sangles du couvercle/poignée sont déserrés et les haches détachées. Elles tiennent sur les flancs avec des clips fixation rapide.

 

La boîte s'ouvre en enlevant le rocker.

L'ex-porte-barillet d'origine Kepler, transformé en socle, est revissé sous le rocker est les 4 patins de mouvements en hauteur sont clipsés sur les côtés.

 


Le secondaire démontable s'enlève de son logement est sera revissé sur son support de l'araignée.

A part le logement du secondaire on remarque aussi sur la photo la pile 9V, l'interrupteur du ventilateur ainsi qu'un coin femelle pour attache rapide des tiges:

 

Le support du secondaire est équipé de deux vis de collimation et d'un ressort poussant.
La vis centrale de fixation s'insert par en dessous et est fixée avec un écrou papillon (fait à partir d'un serre-câble vu que les écrous papillon du commerce sont trop larges)

Ceci permet de régler le positionnement le long de l'axe optique.
Celui-ci trouvé, une contre-vis bloquante insérée et collée dans l'écrou papillon assure la bonne position une fois pour toutes.

Reste alors à régler le vis-à-vis au porte-oculaire en tournant le secondaire sur son axe de fixation et en serrant/déserrant les 2 vis de collimation.
Cela se fait à l'œilleton après montage complet.

 

 

Au tour de la « caisse » primaire!
Les haches sont fixées à l'aide de vis papillon et reliées entre elles par une tige métallique clipsée:

 

Pendant tout le montage le primaire reste protégé par son couvercle, posé sur le cache noir qui servira aussi pour diriger le courant d'air du ventilateur.
L'air soufflé au bas du miroir est forcé à continuer sa route en passant juste au dessus de sa surface, brassant ainsi la couche d'air chaude la plus « (per)turbulatrice »

Ensuite mise en place de la botte:

 

puis de la cage du secondaire et l'ensemble chercheur/QF/pointeur:

 

Puis hop, pose sur le rocker, collim est c'est parti!

 

 

La collimation du primaire se fait classiquement par le bas mais sur 2 points.
J'ai préféré cette solution car les systèmes de collimation par le haut me semblent fragiles pour un transport qui pourrait être assez mouvementé.


Particularités

Les haches, CTP stratifié fibre de verre/polyester, sont asymétriques, avec courbure plus grande à l'avant  EDIT courbure  plus petite! c'est le diamètre qui est plus grand qu'à l'arrière (voir aussi photo du haut)

 

Ceci donne que l'assemblage optique est obligé de monter de quelques millimètres quand on l'oriente vers l'horizon.

Position zénithale, avec les haches frôlant le rocker:

 


Position horizontale, les haches sont levées de 5mm:

 

Quelque soit l'orientation, il ne pique pas du nez et n'a pas tendance à remonter tout seul.

La friction alu sur teflon suffit pour avoir la même stabilité qu'il soit équipé d'un simple oculaire ou de la tête bino.
Un frein feutre le long d'un hache permet éventuellement d'ajuster la friction.

 

 

Le télescope est « télescopique » comme on remarque sur les photos précédentes

La cage du secondaire peut donc également se fixer 10cm plus bas que pour l'utilisation normale:

 

Ceci permet de récupérer le chemin optique supplémentaire de la tête bino, rendant l'utilisation de la barlow 1,9x facultative.

Les positions sont fixées par butée et le glissement vertical forcé des attaches rapides rendent la collimation nécessaire entre deux changement un formalité secondaire.

 


Encore un petit mot sur les tiges.

Vu que celles en carbone sont très très très chères, celles en alu chères, ce sont des tuteurs en acier, renforcés avec des chaussons fibre de verre/polyester qui ont fait mon bonheur à bon marché.

Avant découpe à la bonne longueur, fallait précisément mesurer la bonne distance afin de pouvoir faire la mise au point avec toute la panoplie d'oculaires:

Vous voyez aussi quel chantier cela représente de construire un 300 dans son "salon"...


Conclusion

Assez lourd mais d'un format pratique à transporter.

Le poids pourra être réduit en utilisant du carbon/époxy mais vu le prix et mes récentes dépenses, ce sera pour plus tard.

Entre-temps le caddie/diable pliable trouvé à l'Aldi me facilite les escapades.
Je suis en train de greffer une selle de vélo bien confortable et réglable en hauteur sur le caddie, puis faut encore confectionner une chaussette tricot et éventuellement me faire des cercles pour pointage aux coordonnées azimutales fournies grâce aux logiciels d'un Palm.

Montage et démontage se font facilement et sans outils, faisable en gardant les gants.
A la maison, il reste monté et j'arrive avec mes 50kg à grimper et descendre l'échelle menant au toit en portant l'ensemble sur l'épaule à l'aide d'une sangle.

Avec le 200/1000, ma prédilection en observation ciel profond se passait avec un oculaire Antares W70 14mm.
Maintenant, avec les 20 Binolite, j'ai presque le même champ, le même grossissement, mais avec le 300 télescopique, c'est en vision binoculaire et avec un aspirateur à photon récoltant plus de deux fois de lumière que j'y plonge.

De quoi être amplement comblé pour un bon bout de temps!

Voilà, merci pour votre intérêt!
Pour finir la présentation e
ncore une photo du nightbox, Oscar donc, et son poupa:

 


Remerciements

Nombreuses personnes m'ont été d'une aide précieuse pour cette réalisation.
Mes remerciements en particulier à Littlesoket qui m'a non seulement vendu le primaire à prix d'ami, mais aussi inclus le secondaire, l'araignée, le barillet et porte-barillet.
A Cal pour m'avoir prêté son tour qui m'a facilité le travail, Fikke pour la scie sauteuse.
Den pour les clips nylon (ça date du Lubeuhron)
Le magasin de polymères Mida à Bruxelles, l'idée tuteur/chaussette vient de là, ainsi que des conseils pour la stratification.
Le magasin de bois Watteau, pour m'avoir laissé fouiner dans les chutes de bois et scier gratuitement les coupes droites.
Les internautes astrams, spécialement Pierre Strock et Serge Vieillard pour leurs excellents conseils disponibles sur le net.
FVB pour l'idée de la botte avec attaches rapides et pour finir (pardon aux personnes que j'ai oubliées) Albéric le roi de la foreuse.

Ah oui, mes charmants voisins pour avoir supporté le bruit du travail nocturne!

Patte.

 

 

 



27/01/2008
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres